Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dérive catastrophique du football européen vers une marchandisation ploutocratique
La dérive catastrophique du football européen vers une marchandisation ploutocratique

 

Il y aurait un fair play financier sensé mettre les clubs européens sur un pied d’ égalité.

Voulu en son temps par Michel Platini depuis condamné à ne plus exercer une fonction dans le football pour une durée de quatre ans, tandis que Sepp Blatter le huitième président de la FIFA de 1998 à 2015 a été suspendu pour 6 ans pour des faits de corruption.

En fait ce fair play semble surtout fonctionner comme un moyen pour quelques grands clubs européens de monopoliser les meilleurs joueurs mondiaux.

Quels sont ces clubs ?

Un ou deux, allemands le Bayern de Munich, voire Borussia Dortmund

deux espagnols, le Real Madrid et le FC Barcelone voire l’ Athlético de Madrid

deux ou trois anglais, Liverpool, Manchester city, Manchester united voir Arsenal ou Chelsea

un ou deux clubs italiens la Juventus de Turin, l’ Ac et l’Inter Milan

Pour finir un club français le PSG

La confirmation nous en est fournie par les derniers grands vainqueurs de la ligue des champions :

2017

Real Madrid (Zinedine Zidane) Juventus Turin 4-1

2016

Real Madrid (Zinedine Zidane) Atlético de Madrid 1-1 ap (5 tab 3)

2015

FC Barcelone ( Luis Enrique) Juventus Turin 3-1

2014

Real Madrid (Carlo Ancelotti) Atlético de Madrid 4-1 ap

2013

Bayern Munich (Jupp Heynckes) Borussia Dortmund 2-1

2012

Chelsea (Roberto Di Matteo) Bayern Munich 1-1 ap (4 tab 3)

2011

FC Barcelone (Josep Guardiola) Manchester United 3-1

2010

Inter Milan (José Mourinho) Bayern Munich 2-0

2009

FC Barcelone (Josep Guardiola) Manchester United 2-0

2008

Manchester United (Alex Ferguson) Chelsea 1-1 ap (6 tab 5)

2007

AC Milan (Carlo Ancelotti) Liverpool 2-1

 

si nous remontons sur 30 ans nous voyons qu’il y avait une plus grande diversité de club européens participant à la finale et qui devenait champion, encore faut-il remonter au début des années 90 :

 

2006

FC Barcelone (Frank Rijkaard) Arsenal

2005

Liverpool (Rafael Benitez) AC Milan

2004

FC Porto (José Mourinho) Monaco

2003

AC Milan (Carlo Ancelotti) Juventus Turin

2002

Real Madrid (Vicente Del Bosque) Bayer Leverkusen

2001

Bayern Munich (Ottmar Hitzfeld) Valence CF

2000

Real Madrid (Vicente Del Bosque) Valence CF

1999

Manchester United (Alex Ferguson) Bayern Munich

1998

Real Madrid (Jupp Heynckes) Juventus Turin

1997

Borussia Dortmund (Ottmar Hitzfeld) Juventus Turin

1996

Juventus Turin (Marcello Lippi) Ajax Amsterdam

1995

Ajax Amsterdam (Louis Van Gaal) AC Milan

1994

AC Milan (Fabio Capello) FC Barcelone

1993

Marseille (Raymond Goethals) AC Milan

1992

FC Barcelone (Johan Cruyff) Sampdoria Gênes

1991

Etoile Rouge Belgrade (Ljubomir Petrovic) Marseille

1990

AC Milan (Arrigo Sacchi) Benfica

1989

AC Milan (Arrigo Sacchi) Steaua Bucarest

1988

PSV Eindhoven (Guus Hiddink) Benfica

1987

FC Porto ( Artur Jorge) Bayern Munich

1986

Steaua Bucarest (Emeric Alexandru Jenei) FC Barcelone

1985

Juventus Turin (Giovanni Trapattoni) Liverpool

1984

Liverpool (Joe Fagan) AS Rome

1983

Hambourg (Ernst Happel) Juventus Turin

1982

Aston Villa (Tony Barton) Bayern Munich

1981

Liverpool (Bob Paisley) Real Madrid

1980

Nottingham Forest (Brian Clough) Hambourg

1979

Nottingham Forest (Brian Clough) Malmö FF

1978

Liverpool (Bob Paisley) FC Bruges

1977

Liverpool (Bob Paisley) Borussia M'Gladbach

1976

Bayern Munich (Dettmar Cramer) Saint-Etienne

 

Il y a donc bien une quasi impossibilité pour la majorité des clubs européens excepté la petite dizaine de clubs cités précédemment, de remporter la ligue des champions.

On voit bien tout le mal qu’ a aujourd’hui le Paris Saint-Germain à s’introduire dans ce club très fermés des clubs susceptibles d’ être champion. Il n’ a toujours pas dépassé les quarts de finales malgré les salaires mirobolants consentis à ses joueurs du fait (autre anomalie scandaleuse) que ce club appartient à un état, le Qatar, aux disponibilités financières hors norme !

 

Quant à l’ AS Monaco parvenu en demi finale grâce à un recrutement de jeunes joueurs de talent et à son entraîneur Leonardo Jardim, il se voit pillé de ses jeunes talents, certes plus qu’ à demi consentant vu les sommes pharamineuses qui sont proposées à ses dirigeants notamment à son propriétaire Dimitri Rybolovlev.

 

Ou est le sport où est le foot-ball ? Certes sur le terrain mais avant d’ y arriver il n’est question que d’argent, d’ agents, de transferts mirobolants, de rupture de contrat, de clauses de rachat...

L’entraîneur du PSG le confie, pour remporter, cette ligue des champions il lui faut un des 5 top players en plus de tous les joueurs de talent que le PSG a réussi à attirer par ses salaires démesurés, soit :

Messi au FC Barcelone

Neymar au FC Barcelone

Suarez au FC Barcelone

Ronaldo au Réal de Madrid

Bale au Real de Madrid

Griezmann à l’ Athlético

 

Quand on regarde le classement des clubs français dans notre championnat, on s’ aperçoit que ce classement correspond de plus en plus à celui des budgets, même si cette année il y a une petite anomalie avec la victoire de l’ AS Monaco

la correspondance budget classement n’est pas totale mais de 73 % et par point/budget voici le palmarès :

 

Ainsi, en rendement par rapport au budget Marseille, Lyon, PSG sont les plus mal classés

 

«La prime à l'argent est incontestable dans le football professionnel, décrypte l'économiste du sport Pierre Rondeau . Plus on est riche, plus on a de chance de l'emporter. L'explication est simple : les clubs les plus riches se paient les meilleurs joueurs…

Cette tendance ne tend qu’ à s’aggraver et tous ceux qui se bercent d’ illusions en pensant qu’on ne pourra pas avant longtemps annoncer dès le début du championnat le vainqueur et le classement sont déjà démentis, même si l’ AS Monaco a gagné devant le PSG et Nice terminé troisième, cette année.

On ne peut ignorer que nous sommes devant un système qui fonctionne selon les lois du capitalisme le plus libre et que ce qui caractérise son fonctionnement est la concentration entre quelques uns, ici quelques clubs, du pouvoir financier.

Dans le sport américain, les propriétaires de club même s’ils cherchent à s’enrichir ont compris qu’ ils ne le pouvaient que s’ils présentaient un spectacle attractif et que si le vainqueur n’était pas connu d’avance, ce qui est loin d’être le cas en Europe à la grande satisfaction pour le moment des supporters qui ne veulent voir que les exploits des grandes vedettes de ce sport roi et la victoire de leur club favori.

 

Des supporters toujours aussi enthousiastes avant le "classico"

Des supporters toujours aussi enthousiastes avant le "classico"

Tag(s) : #sport, #football, #Fric

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :