Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De la démocratie en Amérique et en France : retrait de mon hommage à François Fillon


http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/11/23/clinton-devance-trump-de-deux-millions-de-voix_5036584_829254.html

 

Un candidat élu en gros par seulement un quart du corps électoral et qui plus est avec un million et demi de voix en moins que son adversaire politique est-il en mesure d’ appliquer la totalité de son programme ? Constitutionnellement oui, mais légitimement ?

La démocratie lui donne le droit d’ appliquer son programme, mais si ce programme est en rupture importante avec une sorte de consensus que tous les extrémistes de droite ou de gauche condamnent en se référant au slogan, « gauche/droite, c’est la même chose » qui permet ainsi de discréditer de manière mensongère l’ action d’ un gouvernement de gauche et demain celle d’ un gouvernement de droite, - qui est caractérisée par des différences réelles mais qui sont volontairement occultées par des médias qui ne s’ en embarrassent pas, courant au plus caricatural parce que plus simple et par les partis extrêmes qui ont besoin de ce faux amalgame pour mitonner leur potion empoisonnée ?

La majorité obtenue aux élections, dans le cas américain, même pas une majorité en nombre de voix, donne-t-elle le droit à Donald Trump d’ appliquer son programme dont on voit les dangers avec la montée des tensions inter-ethniques aux USA, sans le modérer en tenant compte de certaines options de la « minorité » en fait de la majorité des électeurs qui se sont exprimés ?

De plus la manière dont ce candidat a obtenu le droit d’ être président pose un problème grave puisqu’il a utilisé avec un cynisme confondant le mensonge, ne tenant aucun compte des faits qui contredisaient ses propos. La démocratie représentative déjà critiquée par ceux qui bien entendu bénéficient de ses bienfaits mais qui comme l’ air qu’ils respirent ne prennent conscience pour leur survie que lorsqu’il vient à leur manquer ne voient plus ses avantages, est encore un peu plus affaiblie : il suffit de mentir avec aplomb pour y avoir une majorité.

D’autant que sa base, les classes moyennes sont les perdantes de la mondialisation, en ont conscience et commencent à désespérer d’ un système politique qui au lieu de les protéger, les exposent aux vents mauvais d’une mondialisation fondée sur le moins disant commercialement, économiquement et socialement.

voir mon article :

 

http://www.autruchement-dit.com/2016/07/les-classes-moyennes-occidentales-nous-sont-les-perdantes-de-la-mondialisation.html

 

Il y a de quoi désespérer, si l’ on prend comme modèle les USA.

Soyons gaullistes, ne nous tournons pas vers ce modèle mais fondons-nous sur nos valeurs qui s’ enracinent dans le judéo-christianisme, les lumières du XVIII ème siècle et la Révolution française et notre histoire républicaine. La campagne électorale qui s’ est ouverte par la primaire de la droite laisse augurer un fonctionnement démocratique qui certes n’exclut pas las partis extrêmes à la démagogie assurée et cynique, mais montre un fonctionnement plus satisfaisant.

Ainsi le candidat de la droite qui a le programme le plus strict, le plus libéral ( c’est une injure en France qui équivaut à anti-social, en faveur des riches contre les pauvres), qui demande le plus d’ efforts aux Français, qui prône un retour à plus de liberté sur le marché du travail comme

1) le décret de l’ Assemblée Constituante française qui Le 2 mars 1791 abolit les corporations au nom de la liberté d'entreprendre : « À compter du 1er avril prochain, il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'elle trouvera bon », écrit le baron Pierre d'Allarde, rapporteur de ce décret, et comme

2) le décret qui Le 14 juin 1791, dans un souci de cohérence avec ce décret d' Allarde , interdit la reconstitution de toute association professionnelle tant de patrons que de salariés. L'article second de la loi du député Isaac Le Chapelier énonce : « Les citoyens d'un même état ou profession, les entrepreneurs, ceux qui ont boutique ouverte ne pourront, lorsqu'ils se trouveront ensemble, se nommer ni présidents, ni secrétaires, ni syndics, tenir des registres, prendre des arrêtés ou délibération, former des règlements sur leurs prétendus intérêts communs ».

Cette loi met fin aux corporations de l'Ancien Régime qui protégeaient les patrons contre leurs ouvriers et compagnons, empêchés de devenir patrons à leur tour. Mais comme l’ histoire est toujours en marche et que les conditions d’ une époque ne sont plus les mêmes à une autre époque, cette loi qui au XIXe siècle, interdit la création de syndicats d’ ouvriers liés pieds et poings aux patrons de la grande industrie naissante sera abolie sous la IIIe République, le 21 mars 1884.

D’où pour protéger les ouvriers, l’ adoption de toute une série de lois qui aboutiront à la création en 1910 d’ un code travail recueil de la plupart de ces lois pour les salariés du privé qui apparaît aujourd’hui, l’ histoire continuant d’ avancer, comme un des éléments amplifiant notre chômage de masse.

Qu’ y a-t-il de réjouissant ici pour la démocratie ? C’est que quelque soit le bien-fondé du programme de François Fillon, (on peut très bien le critiquer comme le fait de manière un peu « suicidaire » pour la droite Alain Juppé) il ne l’ a pas empêché d’ arriver en tête lors du premier tour de la primaire et ne l’ empêchera pas peut-être d’ être le candidat officiel de la droite en 2017, et pourquoi pas d’ être élu président, faisant ainsi la démonstration que la démocratie n’ oblige pas forcément les candidats à adopter un programme démagogique du genre « demain on vous rasera gratuit » comme ils ont de plus en plus tendance à le penser et comme cela vient de se passer aux USA.

Ne serait-ce que pour cela, et même si certains aspects du programme de François Fillon ne me conviennent pas, pour le moment, je souhaiterais qu’ il réussisse dans son entreprise : Ainsi serait prouvé que la démocratie n’interdit pas le courage et s’ accommode d’un langage de vérité aux citoyens.

 

 

PS

La révélation par le "canard enchaîné" de la propension de François Fillon  à utiliser les fonds publics à sa convenance et non dans l' intérêt de tous, l' hypocrisie dont il a fait preuve en se dissimulant derrière la statue de de Gaulle pour au nom d'une éthique qu' il foule aux pieds, décrédibiliser ses concurrents me poussent à retirer mon hommage à ce candidat que je croyais honnête.

Voir mon nouvel article :

http://www.autruchement-dit.com/article-apres-le-fukushima-cahuzacien-un-peu-de-populisme-pour-se-defouler-116808178.html

 

 

De la démocratie en Amérique et en France : retrait de mon hommage à François Fillon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :