Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole

 

 

C' est une énigme dans la mesure où la croissance démographique se poursuit ainsi que la hausse du niveau de vie de la population mondiale, donc que les besoins en énergie de l' humanité ne sont pas prêts de baisser, ce qui a amené les experts à prévoir que la production ne pourrait pas augmenter aussi vite que la demande dans les années 2010. De ce fait les prix du baril ne devraient pas baisser mais augmenter, d' autant que le volume de découvertes est inférieur à la production, et a commencé à régresser depuis quelques années.

En 2008, de nombreux pays producteurs avaient déjà franchi leur pic de production.

Notons que le ratio réserves sur production (R/P) rapport entre le volume des réserves de pétrole et le volume de la consommation de pétrole sur un an est aujourd'hui proche de 40 ans.
 

 

 

Plusieurs raisons sont avancées :

 

1) une géopolitique

 

la volonté de l'Arabie Saoudite désirant mettre en difficulté l' économie de la Russie qui soutient au Moyen-Orient « l' arc chiite » l' Iran, l' Irak, la Syrie et des USA l' économie du Vénézuela, qui s' oppose avec Cuba à la politique américaine en Amérique centrale et du sud

 

2) une énergétique

 

liée à la montée en puissance des gaz de schistes aux USA les rendant auto-suffisant du point de vue pétrolier

 

3) une troisième économique

 

due au ralentissement de l' économie mondiale et notamment de la Chine réduisant les besoins en minerais, matières premières et notamment pétrole.

 

4) une quatrième

 

liée à la prise de conscience même en Chine des méfaits du réchauffement climatique et donc aux politiques de transition énergétique qui visent à développer les énergies renouvelables qui est l' objectif de la COP21, la conférence mondiale qui se tiendra à Paris en décembre, dont un des résultats serait un recours moins grand aux combustibles fossiles, charbon, gaz et pétrole.


 

On le voit les perspectives pour les multinationales du pétrole ne sont guère, apparemment, réjouissantes.
 

Donc, si le baril de pétrole se maintient autour de 45/50 $, c'est pour les raisons précitées.

Mais pourquoi pas, aussi, du fait de leur volonté ?

 

1) Un baril de pétrole aussi peu cher rend la mise en place de la transition énergétique de plus en plus difficile, pique le coût des énergies renouvelables est beaucoup plus élevé et ne peut que se traduire par une hausse pour le consommateur de sa facture énergétique.

D' autant que la construction des nouvelles installations dédiées à leur production exigera l'emploi de toutes sortes de matériaux comme le cuivre, l’' alumine, le minerai de fer , les terres rares, déjà surexploités. En effet, pour la même quantité d’énergie produite, les éoliennes et centrales solaires nécessiteront 15 fois plus de béton, 1 100 fois plus d’' aluminium et 50 fois plus de cuivre et de fer que les centrales qui fonctionnent au charbon, au gaz, au pétrole ,– sans mentionner les centrales nucléaires, ce qui veut dire que mettre en œuvre la transition énergétique exigerait au moins quatre années de production mondiale d’' acier, six années de production d' ’aluminium et trois années à quatre années de production de cuivre.

Or dans les démocraties la pression de l' opinion publique est telle que le plus souvent les équipes gouvernementales au pouvoir n' osent pas aller contre elle, c' est ce qui explique que Hans Jonas préconisait une « tyrannie éclairée », seule forme de gouvernement à même de sauver notre planète du désastre écologique que nous lui préparons. ( voir mon article :

http://www.autruchement-dit.com/2014/08/quitter-pour-toujours-la-terre-delabree-de-la-tyrannie-meme-bienveillante-pour-l-oasis-enchantee-de-la-democratie-libertaire.html)

 

2) De ce fait, le recours à l' énergie solaire et éolienne ne peut que s' accompagner de subventions si rémunératrices que ces grands groupes pétroliers se sont appliqués à faire main basse sur les principales entreprises spécialisées dans ce type d' énergie et que plus le pétrole est bon marché, plus le maintien de ces subventions est indispensable, leur permettant de regagner d' un côté ce qu' elles perdent de l' autre, avec ce gain d' effacer leur image de principales fauteuses de gaz à effet de serre.

 

3) L' épuisement des gisements des matériaux nécessaires à la transition énergétique est programmé pour les décennies à venir, ce qui n'est plus le cas du pétrole et renforce la position des multinationales qui en vivent, d'autant que elles sont sans doute au courant des thèses de William Engdhal sur le pétrole abiotique ( Pétrole constitué à partir de dépôts profonds de carbone, datant de la formation de la Terre à l' opposé du pétrole biotique, pétrole d'origine biologique qui résulte de la transformation de la matière organique animale, accumulée depuis des millénaires dans des sites  sédimentaires) et son abondance.

Ainsi la baisse des prix du pétrole biotique encouragerait l' usage massif du pétrole en général au détriment des autres énergies renouvelables et du nucléaire ( de plus en plus l' objet d' un rejet après Fukushima) justifiant le recours aux ressources considérables de ce pétrole abiotique dont compte tenu de leurs moyens considérables elles sont les mieux placées pour lancer la recherche et l'exploitation des gisements.

Dans un article récent "Oh Oil where is thy peak?", publié par le New Eastern Outlook, William Engdhal avance deux théories :

- La première est que le changement climatique est un mythe développé par de grands intérêts multinationaux pour s'assurer un contrôle de l'économie mondiale.

- La seconde est que les ressources de pétrole et gaz sont tellement abondantes qu'aux rythmes actuels de consommation, elles dureraient plusieurs siècles. Il n'y a donc pas de «Peak oil» « Pic pétrolier » à prévoir. Si ces ressources sont quasi inépuisables, c'est parce qu'elles sont pour l'essentiel d'origine abiotique.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_p%C3%A9trole_abiotique

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pic_p%C3%A9trolier

 

 

 

Mais un retours à une de production et de consommation massive de produits pétroliers, d' origine biotique ou abiotique, qui se heurterait aux craintes des climatologues et d' une opinion publique de plus en plus préoccupée ne serait pas vraiment envisageable. On le sait si nous pouvions utiliser, même pas jusqu' à épuisement, les ressources connues en pétrole, notre planète serait dévastée.

Or Claude Allègre, a avancé l' idée qu' il serait possible de séquestrer tout le CO2 produit par la consommation de pétrole.

Si des gisements abondants, plus faciles à exploiter étaient découverts, ce que laisse envisager la théorie d' immenses gisements de pétrole abiotioque, le passage rapide à une économie mondiale tout-pétrole pourrait se faire sans risques pour le climat, compte tenu du coût devenu très faible de ce pétrole abiotique rendant la séquestration du CO2 rentable.

En effet, Le taux de CO2 dans l’atmosphère a beaucoup fluctué au cours des grandes ères géologiques, celui-ci se transformant en calcaire.

C’est ce que tentent aujourd’hui de faire les chercheurs : stocker le CO2 dans des réservoirs souterrains étanches (d’anciennes poches de gaz naturel ou de pétrole) de le comprimer pour qu' il se solidifie. Ainsi la plus grande partie de la pollution atmosphérique due au pétrole deviendrait du calcaire.

 

http://www.canalacademie.com/ida4477-Comment-capturer-le-CO2-emis-dans-l-atmosphere-par-Claude-Allegre-1-3.html

 

Apparemment grâce à nos compagnies pétrolières nous ne manqueront pas d' énergie et notre planète n' aura pas besoin de faire des efforts de contrôle de sa natalité ( La Chine vient de renoncer à sa politique de l' enfant unique), ni abandonner sa société de gaspillage pour une socité de frugalité comme le demande Pierre rabhi :

 

http://www.autruchement-dit.com/2014/08/hommage-a-pierre-rabhi-pouvons-nous-quitter-le-quai-delabre-de-notre-societe-de-consommation-pour-l-ile-enchantee-de-la-frugalite.ht

 

Et par conséquent, nous ne devrions pas être étonnés si la montagne COP21 (Conférence des Nations unies sur les changements climatiques) accouchait de la souris d' une taxe carbone universelle mais laissée dans son application à la bonne volonté de chaque gouvernement, non-ingérence oblige, et si un grand marché mondial du  carbone était mis en oeuvre où chaque état pourrait faire ses emplettes de droit à polluer en achetant aux pays moins polleurs leur droit non utilisé à polluer. Ainsi les pollueurs seraient les payeurs et les compagnies pétrolières continueraient à engranger des bénéfices ce qui est leur priorité avant celle de nous approvisionner en énergie bon marché et non polluante, d' autant qu' en perdant sur le prix bas du baril de pétrole, elles se rattraperaient  en nous faisant payer le stockage du carbone et le non recours au nucléaire...

 

Ce billet est inspiré par un article de jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin dans la lettre automates intelligents N° 132 de novembre 2015

Pour aller plus loin :

 

* http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/les-avancees-recentes-sur-l-143349

http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/268290-petrole-abiotique.html

* https://resistance71.wordpress.com/2011/06/12/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-petrole-abiotique/

* http://petrole-abiotique.blogspot.fr/

* http://www.diatala.org/article-12938617.html

* http://www.karmapolis.be/pipeline/petrole.html

* http://www.politiques-energetiques.com/et-le-baril-vacille/#xtor=SEC-4-GOO--[57348004523]-S-[%2Bp%C3%A9trole]

* http://www.alterinfo.net/Tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-petrole-abiotique-Seconde-addition-au-dossier_a101056.html

 

L' énigme de la baisse des prix du baril de pétrole
Tag(s) : #Croissance démographique, #Ecologie, #Principe de précaution, #Pollution, #Prévisions, #Réchauffement climatique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :