Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.

D'abord un extrait de mon modeste traité politique :

Théorème N ° 2) de l'axiome 8. Pour assurer leur pérennité les dictatures ajoutent à la surveillance universelle et à l'élimination universelle des opposants, l'universel enrichissez-vous.

Commentaire: En quelque sorte pour «sauver les meubles» les dictateurs devenus des gérontocrates prêts à tout pour se maintenir au pouvoir, «lâchent du lest» et accordent à leurs citoyens une part de liberté, la liberté économique de s'enrichir. A eux la direction politique, aux citoyens la liberté d'entreprendre pour s'enrichir.

Corollaire1) Avant de disparaître les régimes totalitaires deviennent des kleptocraties, autrement dit des régimes de voleurs.

Commentaire: Ce corollaire est illustré par la situation de la Chine en cette année 2012 et auparavant par la Corée du sud. L'universel enrichissez-vous, accompagné par un mercantilisme assumé se traduit par une rapide croissance de la richesse. Mais outre que cette richesse se répartit régionalement et socialement de manière très inégale, les hommes au pouvoir ne peuvent résister à la tentation de s'enrichir eux-aussi et sans commune mesure puisqu'ils ont aussi le pouvoir politique. Ils deviennent des kleptocrates, autrement dit des accapareurs, autrement dit des voleurs.

Corollaire2) Les dictatures devenues des kleptocraties deviennent le lieu des plus grandes inégalités.

Commentaire: Comme il y a en l'homme un désir très fort de justice, autrement dit une appétence pour l'égalité, autrement de la jalousie ( voir axiome 6 avec son commentaire), le mécontentement social grandit qui conduit à des troubles réprimés mais inéluctablement à la fin du régime kleptocratique. D'où la loi n° 1 suivante.

Loi n°1) La kleptocratie est le dernier stade avant la démocratie.

Commentaire: Il ne sera donc pas étonnant d'assister plus vite qu'on le croit à l'instauration de la démocratie en Chine comme ce fut le cas en Corée du sud.

C.Q.F.D.

Commentaire :

Que les kleptocrates chinois se rassurent. En effet le passage à la démocratie leur permettra s'ils ont l'habileté suffisante ce dont nous ne doutons pas, d'accaparer la représentation du peuple et de devenir comme en France par une utilisation bien comprise du cumul des mandats électifs, des seigneurs dans leur fief électoral. Ils pourront donc transformer la démocratie en une ploutocratie, comme les études démontrent que sont devenus nos démocraties où les hommes politiques se sont transfigurés en une classe de riches.

http://fr.scribd.com/doc/191807375/Traite-politique-sur-la-difference-entre-democratie-et-totalitarisme

***

Si j'ai pris la liberté de vous présenter cet extrait de mon modeste traité politique c'est qu'il va me permettre une fois de plus de revenir au comportement de nos chers banques et banquiers.

Vous n'êtes pas sans ignorer l'oeuvre de salubrité publique entreprise par l'ICIJ ( The international Consortium of Investigative journalists,)

http://www.icij.org

Il s’agit d’un réseau indépendant de journalistes basés à Washington qui regroupe 36 titres de la presse internationale. On y trouve notamment le Washington Post, la BBC, Le Monde, Le Guardian pour dénoncer la fraude fiscale via nos chers banques et banquiers et nos chers paradis fiscaux qui tiennent bien au chaud notre cassette d'or afin que ne nous arrive pas la mésaventure de ce pauvre Harpagon. Entreprise de salubrité publique qui a reçu le nom de "Offshore leaks" qui consiste en une longue enquête collaborative sur les sociétés offshore et les paradis fiscaux qui permettent via nos banques l'évasion fiscale que l'on peut chiffrer en France au moins à 50 milliards d'euros.

Cette enquête internationale a réuni 86 journalistes et 35 publications. Tout a commencé avec l'envoi anonyme d'un paquet en Australie. Son destinataire etait le journaliste Gerard Ryle, qui sortait d'une investigation de trois ans sur le scandale du Firepower ( Il s’agissait de levée de fonds en vue de la commercialisation et de la promotion auprès des gouvernements étrangers d’une pastille censée réduire les consommations de carburant, et donc réduire la pollution tout en protégeant de l'usure les moteurs à combustion) . Cela nous rappelle les fameux avions renifleurs de pétrole de l' ère Giscard d'Estaing en France dans les années 80. Comme quoi l'escroquerie restera toujours l'escroquerie et telle l'hydre de Lerne lui couper la tête ne sert qu'à la faire revivre sous d'autres cieux d'autres temps avec l'implication d'autres hommes politiques et escrocs qui s'agglutinent sur eux comme des mouches sur du M...iel.

À la réception du disque dur, Gerard Ryle se met en rapport avec l' ICIJ pour bénéficier de son expertise. Contrairement à WikiLeaks, les données ne sont pas organisées. Un programmeur réalise une base de données pour permettre aux reporters de de chercher et télécharger les documents qui les intéressent. Ce disque dur d'Offshore Leaks contient 260 gigaoctets de fichiers, soit un volume 160 fois plus important que les câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks en 2010.

Plus de 2,5 millions de documents ont été analysés, expliquent le journal suisse Le Matin et le Guardian , deux des titres impliqués dans l'enquête. Mises à disposition par le consortium journalistique d'investigation américain ICIJ, les données exploitées sont issues de deux sociétés spécialisées dans les domiciliations offshore: Commonwealth Trust Limited, à Tortola, dans les îles Vierges britanniques et Portcullis Trustnet, basée à Singapour.

«Ces fuites... montrent à quel point la finance offshore s'est répandue dans le monde», explique le Guardian. Les données - contrats, photocopies de passeport, feuilles de calcul, livres de comptes - concernent environ 122 000 entités, liées à plus de 130 000 personnes dans 140 pays » qui « souligne la diversité des utilisateurs d'investisseurs offshore. On trouve des dentistes américains, des proches de despotes, des villageois de la classe moyenne grecque, des escrocs de Wall Street, des milliardaires indonésiens et d'Europe de l'Est, des dirigeants russes, des dirigeants chinois, des marchands d'armes et une société présentée comme la tête de pont du programme nucléaire iranien» .

«Le fait que des milliers de gens ordinaires apparaissent dans ces fichiers indique que les sociétés offshore ne sont pas uniquement le repaire de malfrats ou de politiciens voulant dissimuler de l'argent. Des anonymes adoptent ce système car ils ne se sentent pas à l'abri dans les institutions bancaires de leur propre pays», insiste la directrice adjointe de l'ICIJ.

Le Guardian évoque quelques personnalités mentionnées dans ces documents. On y trouve l'ancien ministre des Finances de Mongolie, le président d'Azerbaïdjan et sa famille, l'épouse du premier ministre adjoint russe Igor Chouvalov, l'époux d'une sénatrice canadienne, la collectionneuse d'art espagnole la baronne Carmen Thyssen-Bornemisza. Côté français, 130 personnes seraient concernés mais le nom qui fait le plus de bruit est celui de Jean-Jacques Augier. Le trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande, qui a racheté le magazine Têtu, est actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans, via son holding financier Eurane,affirment Le Monde et le Guardian. «J'ai investi dans cette société par l'intermédiaire de la filiale d'Eurane en Chine. L'investissement dans International Bookstores apparaît au bilan de cette filiale. Rien n'est illégal», a déclaré l'intéressé au Monde. Jean-Jacques Augier souligne ne détenir «ni compte bancaire personnel ouvert aux Caïmans ni investissement personnel direct dans ce territoire». Les rares personnalités citées dans le Guardian et qui ont accepté de s'expliquer, comme la baronne Carmen Thyssen-Bornemisza, assurent, elles aussi, de la légalité de leurs investissements.

Après cette première publication en a suivi une seconde le "Chinaleaks", plus particulièrement centrée sur les riches chinois ayant recours aux sociétés offshore et aux paradis fiscaux.

Vous trouverez ci-dessous une étude fouillée du journal « Le Monde » sur cette kleptocratie chinoise et ses principaux kleptocrates, membres éminents du parti communiste chinois, qui révèle une fois plus l'échec de Mao Zedong qui a voulu créer un homme nouveau en Chine, celui-ci se révélant en tout point semblable à n'importe lequel d'entre nous possédant un peu d'or et soucieux de ne pas s'en voir dépouiller comme Harpagon par tous les fiscs et envieux de la terre

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/21/chine-revelations-sur-l-argent-cache-des-princes-rouges_4352053_3234.html

Etude reprise par les" inrocks," dans une sorte de Chinaleaks pour les nuls, si vous trouvez trop complexe l'étude du Monde :

http://www.lesinrocks.com/2014/01/22/actualite/offshoreleaks-comprendre-les-princes-rouges-chinois-en-dix-points-11463294/

Enfin dans une video «Le Monde » nous révèle le mécanisme qui nous permet de nous évader vers les paradis fiscaux pour vivre heureux c'est-à-dire riches et cachés ( Je vous prie d'excuser la publicité qui précède la vidéo) :

http://www.lemonde.fr/economie/video/2013/04/05/offshore-leaks-comment-des-banques-francaises-aident-leurs-clients-a-pratiquer-l-evasion-fiscale_3154624_3234.html

Bien entendu les banques ont un rôle central dans ce mécanisme bienvenu qui nous permet de nous évader fiscalement de la prison de fer dans laquelle les gouvernements nous enferment pour se dédouaner eux-même de leur turpitude.

Ne soyez pas hypocrites ! Ne me dites pas que votre banque ne vous a pas contacté par l'intermédiaire d'un conseiller financier dès que votre compte n'a plus été dans le rouge pour vous proposer tel ou tel placement avec les deux caractéristiques bien connues 1) de rapporter, 2) de vous permettre une défiscalisation.

Songez à ce qu'il en est alors si vous posséder d'importants capitaux. Elle vous déploiera le tapis rouge de ses services.

1) vos capitaux seront transférés dans une de ses filiales à Hong-kong, Singapour, Jersey, au lichenstein ou dans un autre paradis fiscal.

2) Ils seront placés dans une ou des sociétés offshore aux îles caïmans ou Vierges par exemple.

3) Une société spécialisée dans la fourniture de prêtre-nom elle aussi basée dans un paradis fiscal fera disparaître votre nom de cette société offshore.

Ainsi vous évaderez-vous fiscalement avec la bénédiction de votre banque, grâce à ses shadow banques, ses sociétés offshores, ses sociétés fournisseuses de prête-noms et grâce aux paradis fiscaux dont vous aviez cru comprendre par ailleurs qu'ils devaient disparaître s'ils refusaient une collaboration avec les administrations fiscales de votre pays.

Pourquoi cet état de fait favorable à l'évasion fiscale perdure-t-il ?

Parce qu'une nouvelle classe de riches a fait son apparition durant la crise.

D'innombrables études révèlent non seulement que durant la crise les patrons des grandes entreprises se sont scandaleusement enrichis mais aussi les hommes politiques. Que ce soit aux USA ou en France ou en Allemagne ou au Royaume-uni les hommes politiques ont vu leur revenu augmenter abys-salement.

On commence à comprendre

1) pourquoi ils font semblant de lutter contre les paradis fiscaux,

2) semblant de vouloir mettre à la raison nos merveilleuses banques par une réglementation en trompe-l' oeil

3) et pourquoi ils font semblant de lutter contre la fraude fiscale pour mieux détourner l' attention du peuple sur quelques riches fraudeurs boucs émissaires et non sur eux-mêmes qui contribuent à la perpétuation de ce système qui a failli mener le monde à la ruine en les enrichissant eux avec quelques autres initiés !

Eh oui la politique rend riche !

 

PS

Le patrimoine des candidats à la présidentielle vient pour un grand nombre d' entre eux confirmer mes propos que certains pourraient juger "populistes", notamment le comportement normal et "légal" du candidat Fillon ou de la candidate Le Pen dans l'utilisation des fonds publics de la France ou de la communauté européenne.

 

La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
La politique rend riche : OffshoreLeaks, ChinaLeaks, Fillonleaks, LePenleaks, Etcétéraleaks.
Tag(s) : #Banque, #Démocratie, #Hommes politiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :